Creative Commons License

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

La Réserve de l'Orrido di Chianocco

La Réserve de l’Orrido di Chianocco, a été instituée dans le but de protéger l’unique station spontanée de chêne vert qui s’est développée sur un territoire de plus de 49 ha entièrement sur la commune de Chianocco.

La Gorge, une profonde incision d’une dizaine de mètres de large et d’une profondeur d’environ 50 mètres, a été creusée par le torrent Prebèc dans une roche carbonate caractéristique de cette partie de la Vallée de Suse et d’un petit vallon qui se trouve au-dessus. Il ne faut pas oublier de dire que tout le vallon du torrent Prebèc offre des paysages et un milieu où il est possible d’observer les phénomènes d’érosion ainsi que les ouvrages importants réalisés par l’homme dans le but de mieux les maitriser.
Le Prebèc nait à 2400 mètres et s’enfile dans la gorge au milieu de dépôts morainiques et crée ainsi une profonde incision en forme de "V" d’une largeur de 150 mètres et d’une longueur de 700 m, appelée "Gran Gorgia". Il forme de caractéristiques pyramides d’érosion appelées "chouqué". Au-dessus du village, dans la partie finale du torrent, on peut observer le mur de calcaire creusé, lui donnant une forme particulière, ressemblant à une gourde et, sur les reliefs de la paroi à pic, on peut y voir encore la trace de restes de marmites de géant.

L'exposition plein sud et le climat caractérisé par des températures estivales assez élevées, avec en hiver de faibles chutes de neige et de maigres précipitations ont permis le développement de la vie de différentes plantes considérées comme typiques d’un climat méditerranéen, assez rares dans le Piémont et sur les reliefs préalpins. La plus facile à observer, est le chêne vert, mais dans la réserve on peut signaler d’autres espèces rares en Piémont et caractéristiques de climats méditerranéens ou steppiques :

Adiantum capillus-veneris, Asplenium fontanum, Thesium divaricatum, Prunus mahaleb, Ononis pusilla.

Vue la surface limitée du territoire protégé, la faune ne présente pas d’intérêt particulier, mais on peut citer le corbeau impérial, le crécerelle et le choucas des tours qui nichent sur les paroi de la gorge.

De récentes fouilles ont permis de découvrir un certain intérêt archéologique de la zone, avec la découverte de restes remontant à une période entre l’âge du cuivre (IV-III mille ans av. J.C.) et l’âge du bronze (environ 1500 ans Av. J.C.).
Au bas de la réserve, à Chianocco, vous pourrez trouver des témoignages historiques et artistiques comme les deux maisons-fortes moyenâgeuses, le clocher de l’église de Saint Pietro et Paolo de style roman datant du XI siècle et la petite églises rurale de Saint Ippolito avec ses fresques du XV siècle.

Décharger le dépliant Riserva naturale di Chianocco

Dècharger le dèpliant Riserve naturali degli Orridi di Chianocco e Foresto, SIC del Rocciamelone e delle Oasi xerotermiche della Valle di Susa

Potrebbe interessarti anche...